Parasites des cultures

Altise du colza

Psylliodes chrysocep  halus

http://www7.inra.fr/hyppz/IMAGES/7032854.jpg

 
Description
- Adulte : 3,5 à 4,5 mm, oblong légèrement convexe, bleu-vert à reflets métalliques ; tête roussâtre, extrémité des antennes et pattes antérieures rousses.
- Oeuf : ovale, 0,9 x 0,4 mm, orangé pâle.
- Larve : de 1,5 mm à l'éclosion à 8 mm en fin de croissance. Molle, blanc jaunâtre, tête et plaque thoracique brunes puis beige clair.

Biologie
- Plantes-hôtes : les Crucifères sauvages ou cultivées.
- Adulte : le jeune adulte apparaît en mai-juin. Il mordille les feuilles ainsi que les siliques vertes. Puis, à l'abri sous le feuillage des diverses plantes sauvages situées en bordure des champs, au frais, il subit une diapause estivale. A sa reprise d'activité, il vole vers les champs de Colza récemment ensemencés et s'attaque aux graines en cours de germination, aux plantules ou aux jeunes feuilles. Au bout de 10 à 15 jours, la femelle commence à pondre puis s'arrête lorsque la température descend à 0°C pour reprendre à la fin de l'hiver. Fécondité totale ante- et post-hivernale, 70 à 150 oeufs.
- Oeuf : déposés à la surface ou dans des anfractuosités du sol, isolément ou par groupes de 2 à 8 au voisinage immédiat du collet des plantes.
- Larve : dès l'éclosion, elle pénètre dans la plante par la face supérieure du pétiole d'une des feuilles les plus âgées. Elle en ronge la moelle puis passe dans le collet puis la tige ; elle peut ainsi parvenir au bourgeon terminal.
- La nymphose a lieu dans le sol, à une profondeur variant entre 0,5 et 8 cm.

Cycle de vie
- 1 génération annuelle.
- La reprise d'activité de l'adulte ayant estivé intervient fin août-début septembre, avec des écarts importants selon les régions, les années et les conditions climatiques, une période pluvieuse favorisant les sorties massives. La ponte débute en automne et reprend de février à mi-mars.

Dégâts
- Les attaques de l'adulte sur jeunes semis de Colza peuvent détruire totalement la culture.
- Plus tard, l'adulte s'attaque aux feuilles des plantes âgées, provoquant leur affaiblissement.
- Les pieds attaqués par les larves présentent un aspect buissonnant et un retard de montaison par rapport aux pieds sains. La maturité est irrégulière et le rendement est diminué.

Méligèthes du colza

Meligethes aeneus

 

http://www7.inra.fr/hyppz/IMAGES/7030121.jpg

http://www7.inra.fr/hyppz/IMAGES/7030124.jpg

Description
- Adulte : 1,5 à 2,7 mm. Partie supérieure du corps régulièrement ponctuée, vert, bleu ou bronzé avec des reflets métalliques.
- Oeuf : allongé, d'aspect vitreux virant au blanc laiteux.
- Larve : 4 mm. Allongée, très aplatie, jaune-blanc, ponctuée de taches brun clair avec la tête et les pattes brunes.

Biologie
- Fécondité : 250 oeufs, mais forte mortalité des adultes.
- Oeuf : durée d'évolution, 4 à 9 jours suivant la température.
- Larve : durée du développement, 27 à 30 jours à 16°C ; 2 stades.
- Nymphe : durée de développement, 14 à 18 jours.

 Cycle de vie
- 2 générations par an.
- L'adulte hiverne en bordure de bois ou dans les sous-bois. Il quitte son abri lorsque la température atteint 11°C et se nourrit du pollen et du nectar de plantes variées (Rosacées, Ombellifères, Crucifères). Lorsque la température atteint 15°C, il vole vers les Crucifères cultivées.
- La femelle commence à pondre vers fin mars début avril, elle perce un trou de 2 à 3 mm de diamètre à la base des boutons floraux et dépose les oeufs sur les étamines ou le pistil de la fleur.
- La larve reste dans le bouton floral et se nourrit du pollen. Si plus de 5 larves colonisent la fleur, les ovaires sont détériorés. La larve de 2e stade migre vers d'autres boutons puis tombe sur le sol et se nymphose dans une coque terreuse à 2-3 cm de profondeur.
- L'adulte de 2e génération apparaît fin juin et attaque les inflorescences des Cruciferaceae cultivées ou des adventices et s'abrite pour hiverner dès la fin du mois de juillet.

Dégâts
Les dégâts sont dus aux adultes pollinivores. Avant la floraison, les adultes perforent les boutons pour atteindre les étamines et se nourrir. Le pistil est souvent lésé, d'où stérilité et chute prématurée des fleurs. Lorsque la floraison est commencée, les Méligèthes consomment le pollen libéré par les fleurs épanouies et les dégâts sont négligeables.

Cécidomyie du colza

Dasineura brassicae

Winnertz, 1853

3 à 4 générations par an en France septentrionale et en Suède, 5 à 6 en Allemagne.

Durée du 1er et du 2e vol = 10 jours, du 3e = 15 jours. La 1ère génération se développe sur les siliques du Colza d'hiver, et la 3e, sur le Colza de printemps ; la 2e génération peut se développer sur l'un ou l'autre. 

Les adultes apparaissent le matin par temps chaud, ensoleillé et calme, à partir de mi-avril dans la région parisienne ; ils s'accouplent et pondent le jour même. La larve se nourrit de la paroi interne de la valve (ou des graines) en émettant de la salive.

A partir du 10-15 mai, elle se laisse tomber sur le sol, et s'y enfouit pour se confectionner un cocon. Certaines larves se nymphoses, d'autres entrent en diapause pour une durée de 1 à 4 ans. On les observe surtout en bordure de champ. Ils sont dus à la nutrition des larves qui provoque des boursouflures, des déformations des valves, le jaunissement précoce et l'éclatement des fruits, et la chute des graines.

Charançon de la tige du colza

Gyllenhaal , 1837

http://www7.inra.fr/hyppz/IMAGES/7031152.jpg

Les perforations d'alimentation des adultes (a) provoquent le jaunissement et l'avortement des boutons les plus jeunes (b).

http://www7.inra.fr/hyppz/IMAGES/7031164.jpg

Description

- Adulte : de couleur gris cendré, il mesure 3 à 4 mm de long. Elytres noir plombé ornés de fines stries séparées par de larges intervalles recouverts de courts poils grisâtres.
- Larve : apode ; elle mesure 6 à 8 mm de long en fin de développement. La tête, noirâtre aux 2 premiers stades, devient jaune au 3e. Le corps, blanc au 1er stade, légèrement teinté au 2e, est jaune au 3e.

Biologie
- Plantes-hôtes : les adultes se nourrissent de nombreuses variétés de Crucifères mais la ponte n'a lieu que sur le Colza, la Navette (Brassica campestris oleifera), le Chou, le Navet, la Rave (Brassica rapa).
- L'adulte hiverne dans le sol des cultures de Colza de l'année précédente. Dès sa sortie, il se nourrit de Crucifères spontanées. Par journée ensoleillée, il s'envole vers les nouveaux Colzas, se laisse tomber en lisière de champ et progresse rapidement dans la parcelle. Les pontes débutent 10 à 20 jours après les 1ères sorties.
- Oeuf : la femelle pond à l'intérieur des très jeunes tiges en début d'élongation, juste au dessous du bourgeon terminal. Le développement embryonnaire dure plusieures semaines.
- Larve : 3 stades, qui durent au total 30 à 40 jours sur Colza d'hiver. Elle se nourrit de la moelle des tiges; arrivée à maturité, elle perce un trou au niveau de l'insertion du pétiole d'une feuille basse et gagne le sol où elle s'enfouit.
- Nymphe : la nymphose dure environ 25 jours.

Cycle de vie
- 1 génération par an.
- L'adulte reste dans sa coque nymphale jusqu'au début de l'hiver et ne quitte le sol qu'au moment de la reprise d'activité. Les 1ères sorties se situent, selon l'année et les régions, de la fin janvier à la fin mars.

Dégâts
- Ce Charançon est très nuisible sur Colza. Les dégâts sont essentiellement dus à la ponte. La présence de l'oeuf dans la tige provoque une nécrose des tissus en cours de croissance, ce qui entraînera des déformations caractéristiques : nanisme, torsion, éclatement, ainsi qu'un dessèchement prématuré dû souvent à l'installation d'un parasite secondaire tel que le Phoma.
- La sensibilité du Colza est maximale lorsque la ponte a lieu lors de la reprise de végétation, en fin d'hiver, (tiges de 2 à 20 cm).

Pyrale du maïs

Ostrinia nubilalis

http://www7.inra.fr/hyppz/IMAGES/7032444.jpg

La pyrale du maïs (Ostrinia nubilalis) est un insecte de l'ordre des lépidoptères, anciennement de la famille des pyralidés, maintenant placé dans les crambidés. Les larves de la pyrale attaquent principalement les cultures de maïs, dont c'est le principal ravageur, et aussi d'autres plantes cultivées comme le tournesol, le houblon, le chanvre, les chrysanthèmes… La lutte contre la pyrale du maïs fait appel à des méthodes de lutte biologique en utilisant notamment les trichogrammes, ou des parasitoïdes locaux (Macrocentrus grandii par exemple en Amérique du Nord, que l'on peut favoriser par la conservation de plantes qui en nourrissent les adultes des méthodes de lutte chimique (actuellement les plus utilisées) et également au maïs transgénique (maïs Bt).

Les symptômes d'une infestation de Pyrale en plantation de maïs sont la présence de petites perforations sur les feuilles (symptôme de première génération sur maïs jeune au stade cornet), la casse de la tige sous la panicule (fleurs mâles) ou au niveau du pied sur maïs développé, avec présence de galeries et le plus souvent dépôt d'une sciure. Les larves peuvent également attaquer directement les épis qui portent alors des signes de perforation et de la sciure au niveau des soies.

En s'alimentant de la moelle des tiges, les larves fragilisent les plants qui deviennent plus sensibles à la verse, perturbent leur développement et favorisent l'infestation par des champignons tels les Fusarium.

Les dégâts sont donc directs (baisse du rendement, récolte plus difficile en raison de la verse) et indirects (incidence plus forte des fusarioses, elles-mêmes responsables de la présence de mycotoxines).

Sur les autres types de cultures, les symptômes restent la présence de tiges cassées avec galeries et amas de sciure. Sur le poivron, fréquemment attaqué, les larves s'introduisent dans les fruits, les rendant impropres à la commercialisation.

Altise des crucifères

Phyllotreta nemorum L.